Cannibales

J’ai deja la force de sortir des elements purs de moi. Ne me demandez pas l’énergie de les corrompre.

Fil du MvtDeboutLibre en spectre de cette rentrée

Quoi de prévu ce mois d’août, des projets, lectures, rencontres, actions, repos et respiration privée essentiellement, précarité chronique, la détermination toujours là, intrinsèque, en soi ? Septembre et le carnaval des syndicats sous agenda social reprend en cette rentrée électrique, avec l’état d’urgence quasi permanent (merci Bush en Irak – ironie), et la loi d’esclavage du gvrnt Valls II en application, qui plait tant au monde de la finance, la Troïka imprimant son rythme fascisant, la boucle est bouclée. Un seul conseil, écouter et se nourrir de l’esprit des libertaires. La reproduction de la verticalité se légitime en écartant toute considération pour d’autres prismes, étrangers des gestionnaires et comptables de l’ordre social actuel, qui portent l’attention en des chemins de dissidence frontale, à crever sur place ou gravir déjà pour soi cet horizon de changement, l’exigence d’affronter mille déroutes en autonomie. A l’écoute…


Faute de lien vers le Fil du MvtDeboutLibre, en copie partielle ici, sur la page ouverte du groupe fondé par Matjules à l’occasion de Debout : https://www.facebook.com/groups/1714516998761055/

Bisesero

La justice d’Etat si elle veut dire le droit a à entendre les témoins. Le chemin commun pour une mise en lumière universelle de ces aspects ne peut s’épargner d’atermoiements inévitables, comme d’obstacles nombreux. En ce qui concerne nos semblables, la conscience élémentaire dicte de les porter vers ces paroles oubliées pourtant essentielles, s’ils ne le font pas déjà. Que des aspects positifs ou négatifs surgissent. A cause du milieu de recherche s’instituant souverain pour en parler, nous vivons toutes sortes de blocages chronophages. La vérité n’appartient pas à des spécialistes, et nous devons permettre d’autres mécanismes que ceux qui se répètent dans l’Histoire avec ces huis clos permanents pour faire peur, mettre à distance, se légitimer et écarter. Le temps passe et la majorité sera renvoyée à des manuels scolaires à peine sourcés, souvent faux volontairement, bien loin des possibilités toutes naturelles de confrontation réelle avec ces sujets fondamentaux, par soi même (génocide, pouvoir, néocolonialisme). On ne brise pas le négationnisme en orchestrant la privatisation des faits, en un périmètre d’intervention qui pour le coup devient politique au mauvais sens du terme. Je me retrouve à caler, préoccupé notamment par des éléments de nécessité de premier ordre, phénomène récurrent vu les dominations actuelles à l’oeuvre : le régime des puissances financières qui s’installe jusqu’à nous asphyxier totalement. Y être enfermé est une autre condamnation, visiblement généralisée et propice à favoriser toujours plus le silence et le rejet.

Matjules

Condamnés à l’aliénation

Passer mes journées à vendre un produit ou mille produits, quelle horreur. Comme d’administrer à répétition le même bout d’une chaîne opérationnelle d’un quelconque commandement. Ou fondre sous les coups, la perversion, d’un chantier, d’une école aux coulisses d’un théâtre, que sais-je encore. Ces zones de droit et de mérite tant chéri par l’humanité. On rêve, le vice perle comme le non sens. Je pisse sur leur gloire risible, à nous rendre si puérils, à tendre la joue, s’en glorifier. Basta !

Confrontation sur le vote

Dans ta logique oui Mictrois tu peux avoir peur de l’abstention face à Le Pen. Pour autant, la Troïka est déjà là pour casser l’Etat providence, et y mettre uniquement le répressif globalement. Nous sommes condamnés à revenir à des structures de proximité. On ne sait pas faire pour notre intérêt simple en agrandissant les structures. L’homme étant bon et mauvais, la verticalité est l’arme parfaite pour nous asservir. Les chefs l’ont bien anticipé. Utiliser la technologie et des organigrammes en pyramide pour régner. Non, il faut des zones régionales sans écart de force pour obtenir des rapports gagnants gagnants. L’homme s’efface peu à peu à nous imposer un filtre dans lequel seulement quelques-uns ont à dire, faire, s’exprimer. Vous tournez en rond avec le vote. Il est en soit déjà l’aliénation de toute possibilité d’équivalence, d’émancipation de chacun, de possibilité d’égalité, et donc de réelle démocratie entendue telle que les humains ont les mêmes droits.



Extrait du Fil du MvtDeboutLibre

Destituons le vote

Indépendance et intégrité m’amènent à ne pas voter. A la majorité j’avais pris ma carte d’électeur bien sagement par effet de reproduction, la fameuse éducation des masses dociles, passant par la famille assez souvent comme l’école, les médias ou le monde du travail (pas un hasard). Testé l’isoloir une seule fois, j’avais voté blanc alors, lors d’une compét’ égotique nationale de mémoire (sauf erreur). Puis pris soin de relier ma pensée et mes actes un peu plus avant, en ne renouvelant pas ma carte d’électeur, car convaincu assez tôt par l’anarchisme d’un Chomsky notamment, et quelques autres libertaires. La culpabilisation, mon père me l’a rappelé en tout débat politique à chaque échéance électorale globalement, lui participant à cette mascarade de démocratie dans l’esprit « vote utile » face au F-haine, avec toujours l’illusion que le PS ce sera toujours moins pire que Les Républicains, valorisant les quelques reformes sociales éparses lorsque le paquet global est directement à droite depuis Mitterrand sauce 83, l’Europe pour ficeler le tout à la mode US (merci le joyeux plan Marshall, fourberie des faucons depuis 45 pour nous aligner en dépendance aliénante). Votre vote est tellement risible qu’il est capable de mettre un Hitler au pouvoir. Et vous continuerez à y voir la responsabilité des abstentionnistes lorsqu’il s’agit uniquement des pro régime actuel. Ou comment détourner la culpabilité un peu plus lâchement, grotesque et malhonnête à souhait. La doxa dominante est là, partout efficiente, à sortir la morale alors qu’elle est au coeur du problème.