En silence

On prétend souvent qu’en activiste on se fait plaisir, à orchestrer sa com’, se la ramener. J’ai assez vécu d’emmerdes pour savoir que l’on s’en passe allègrement, pour qui est égoïste donc capitaliste (sauce recup’ bien sur). D’ailleurs on ne raconte pas toujours tout ce que l’on a du surmonter, de pathétique et violent. Une illustration du pourrissement que l’engagement produit (ou ses effets), à dévaster les liens et la vie, via des dommages peu maitrisables donne le ton particulièrement éprouvant de ce que l’on peut subir jusque dans la vie privée. Je suis passé devant la statue de Johann Strauss l’autre soir à Paris et m’est revenu en tête comme un boomerang une crise à la sensation cataclysmique pour tous les protagonistes circonstanciés qui aurait pu vraiment très mal tourner. Il y a quelques années une relation au caractère particulièrement trempé s’était acharnée contre moi au pied de la sculpture, s’en prenant à mon sac à dos jusqu’à le déchirer, dans lequel j’avais mis mes enregistrements numérisés de mes interviews de témoins de Bisesero. Elle se serait attaquée à mes effets sans ce contenu d’importance, j’aurais lâché toute résistance. Mais je risquais là de perdre pour une crise lambda absurde ce qui relève du bien commun, d’un long investissement bénévole auprès de rescapés du génocide des Tutsi. A appeler de l’aide et me défendre de cet énième déferlement impulsif, évidemment il y eu la honte d’un café à l’autre, ne sachant plus comment lui faire revenir raison. Perfide elle l’a joué martyr, et un attroupement s’est constitué assez vite autour de nous, ces gens perplexes, à douter de qui agressait l’autre. En très peu de temps la situation basculait. Je risquais à tout moment de m’en prendre une, ou d’avoir n’importe qui contre moi, ces passants interloqués essayant de protéger une victime difficilement claire à identifier. Le réflexe vaut de porter secours à une femme face à un homme. Ils pouvaient ainsi chacun aider à l’agression en contexte, à ne pas distinguer le vrai du faux, et inverser donc face aux apparences immédiates. Elle m’avait déjà pété un disc dur précédemment, perdant ainsi les 3/4 de mes photos de Manhattan et ses alentours (inutile de préciser que je n’y vais pas tous les jours, une fois jusque là). Je savais le drame facile, elle totalement déconnectée de l’enjeu et s’en foutant encore, autocentrée sur ses supputations primaires liées au fait que tu ne fais pas de fric ni verticalités, mêlant hystérie démoniaque et dédain naturel. J’ai vu rouge et me débattait autant que je pouvais pour préserver la parole singulière, essentielle et unique de rescapés. Les séquelles psychologiques sur nos liens, la souffrance, tout rime avec fin du monde alors, lorsque cet épisode en est la plus évidente expression.

https://collectifinnovationsilluminationspolitiques.wordpress.com/2016/12/04/rushes-itw-par-matjules-de-temoins-de-bisesero/

Une réflexion sur “En silence

  1. Pingback: Introduction au négationnisme contre les rescapés de Bisesero [2ème partie] | Collectif des Innovations/illuminations Politiques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s