Aïe…

5h du mat’ place de la ‪#‎Republique‬ à ‪#‎Paris‬, une trentaine de ‪#‎CRS‬ se déploient en courant à partir de l’avenue du côté du Crowne Plaza vers les 50-80 manifestants encore là (pile au moment où je partais – j’ai crié pour donner l’alerte comme je pouvais) ‪#‎ConvergenceDesLuttes‬ ‪#‎JouretNuitDebout‬‪#‎OnVautMieuxQueCa‬ ‪#‎ZadPartout‬ ‪#‎GreveGenerale‬ ‪#‎31mars‬ ‪#‎NuitDebout‬‪#‎LoiTravailNonMerci‬

Nuit Debout à République #31mars

Pris 5-6 fois la parole en assemblées libres à Repu’ au début de la Nuit Debout, pour supprimer les monnaies, comme la subordination au coeur du code du travail ; soutenir en attendant les possibilités de Reu sans conditions et le salaire à vie, en discuter (en marge notamment que Lordon dise ce qu’il pense globalement à ce propos) ; et pour l’orga’ et les actions actuelles, que ce soit en connaissance/avec les occupations de lieux d’Etat comme ont fait les Sans papiers cette semaine ; et bien suivre l’info’ sur les possibilités de grèves posées par les syndicats de salariés. Que l’on occupe les places pas qu’une fois par semaine, en grèves de masse, sinon ça fera comme pour les retraites en 2010 ; que nos activités ne soient pas formatées au travail, pour la démission de Valls, Macron, El Khomri. Etc…

Matjules

Trahison cathodique

#31mars Les mass médias ne peuvent pas s’empêcher de cristalliser sur les leaders politiques classiques. Comme sur les violences, et le chiffre des manifestants, ou transports en activité. Le ton est décalé et pro système. Ils vivent une abstraction, incarnent l’actualité sous le nivellement programmé par le pouvoir. Ils sont la courroie utile à la fabrication progressive du consentement dans les mentalités. L’histoire qu’ils décrivent, les mots qu’ils emploient sont orientés, trahissant le réel, en participation de la domination, à inventer une mesure qu’ils n’ont pas. Ils se situent bien en marge de la société, vers les requins de l’appropriation sans cesse plus grande du vivant, cette bourgeoisie fière de « donner » du travail, alors qu’elle exploite, et supprime de sa vue sans arrêt tout ce qui la dérange : une normalisation de l’ostracisme et de la stigmatisation. La focale d’entre soi se part de vertus dans sa rhétorique et singe la neutralité avec des alibis marginaux.

Météo

Soyons honnêtes et avec bon sens. L’occupation des places par les Indignés en Espagne a justement pu se faire parce qu’il n’y pleut pas tous les quatre matins. Avec le même temps en France, cela fait longtemps que les gens s’accapareraient davantage la rue. Ce n’est pas le seul facteur. Mais vivre la lutte et la résistance est déjà assez laborieux pour en plus sur la durée, ou immédiatement finir avec une crève et bronchite parce qu’on a défilé déjà une journée. Le mouvement social doit intégrer ce facteur et être capable de proposer l’alternative simple : personne au travail, et sous le soleil tous ensemble quand il y en a. Le reste du temps, profitez de votre vie de famille, de vos proches, et lisez un peu.‪#‎ConvergenceDesLuttes‬ ‪#‎JouretNuitDebout‬ ‪#‎OnVautMieuxQueCa‬‪#‎LoiTravailNonMerci‬ ‪#‎ZadPartout‬ ‪#‎GreveGenerale‬ ‪#‎31mars‬ ‪#‎NuitDebout‬

A la direction de Science-po’ #Grève

Faire de la politique n’est pas désincarné. Faire de la politique aujourd’hui c’est faire grève. Et justement pratiquer l’horizontalité, en confiance, dans les rapports humains. Faire de la politique n’est pas défendre les puissants, cette verticalité infâme. A bas ces patrons autoproclamés. Le peuple n’est pas consulté, mais instrumentalisé.

Matjules pour le CIIP
http://collectifinnovationsilluminationspolitiques.fr

Sciences Po contre la Loi Travail
L’administration de Sciences Po vient de nous annoncer qu’elle refuse de négocier toute dispense d’assiduité des cours. Et pendant ce temps, en AG, la révolte s’accentue et s’organise, on va leur réserver plein de belles surprises jusqu’à la victoire !


FullSizeRender (1)