Les #whites en question

Je ne me sens pas « blanc ». Que les choses soient bien claires, il n’y a pas d' »identité blanche ». D’ailleurs ma peau est plus souvent rose que « blanche ». 
Va-t-on me regrouper avec tous les « roses » de la terre, pour inventer une fausse communauté d’esprits !? Et quand je bronze, il se passe quoi ! De même avec la couleur des cheveux…
C’est à la base du racisme de vouloir intégrer une psychologie à un caractère physique.
Par contre, l’on peut spécifier le corps, l’identifier, selon qu’il est effectivement un marqueur de la dégénérescence xénophobe, et qu’une assimilation se fait ainsi selon ce paradigme pathétique, ou #racialisme ridicule.
Matjules

Integrisme et dérive anti « blancs »

Quand on est ou devient facho’ anti « blancs », et que c’est cela qui guide finalement le pseudo engagement pour les populations opprimées par les « blancs », alors on est dans le travestissement de cet engagement, et donc de la communauté de victimes ciblées par l’oppresseur « blanc ».
Bien sur, on mimera sans cesse le même mépris (ou ignorance), celui de ne rien comprendre, à telle explication, trop obscure, informe, imbitable, définitivement.
Matjules