Révolte des bacs à sable

Faut bien capter que lors de Debout depuis mars, les mass media ne diffusent pas la doxa de la rue (sauf les miettes), justement le contraire. Ils sont le pouvoir, et défendent encore un peu plus chaque jour, dans l’ensemble, la verticalité, le système, la domination, la subordination, la domestication, l’argent, etc… Qu’est-ce qui a tourné en boucle auprès de la majorité des électeurs si ce n’est la légitimation des puissants, leur renouvellement, et le discrédit pour la rue. Se faire plaisir à crier contre Macron, même si je suis pour le remettre en cause sur le macadam, ne suffit en rien, bien au contraire. Les oligarques financiers pensent le monde d’emblée avec les pauvres d’un côté, gesticulant, et les riches de l’autre, dans d’autres luttes, de pouvoir, accaparement de titres, influence et structures stratégiques, etc… Qui a des contacts ou entrées dans les médias de mass et préfère finalement la rue à la gloire, à la notoriété, à un relatif confort ira clasher tel qu’il le peut ou le pense, l’imagine en direct, sur ce terrain très verrouillé des plateaux tv ou radio. J’attends ces moments, sans y voir autre chose que la révolte, parfois la récup’ malheureusement, et des signes que l’insupportable est franchi et va faire tache d’huile. Je reste pessimiste, mais ne me contente pas de valider des seuils de violence institutionnelle, via les monnaies, le vote, la production, pour que les pouvoirs soient identifiables, non surtout pas ! Le vice est pour moi aussitôt dans cette acceptation idéologique des termes qui guident de base le système actuel et de domination. Ma liberté et ma pensée sont justement à remettre en cause tels travers ou hérésies fondamentales menant à notre perpétuel désarroi, de Mitterrand à Hollande pour les plus naïfs. Cessons de défendre ce qui créé à la racine l’ensemble de notre perte. Il ne s’agit pas de croyance en une nature de l’homme automatiquement bienfaisante et tournée vers les autres. Pas plus je ne prétends au succès opérationnel pour notre génération d’une dissidence aussi faible, les 3/4 du temps étouffée. Je laisse les victoires aux futurs souverains du peuple, encore et toujours. Il n’y a qu’arrogance et prétention à instituer des chefs partout, tout le temps. Lénifiants organigrammes des fonctions, ou chacun joue de malice pour s’en sortir. La réalité est que tout ce que nous critiquons va s’accentuer encore davantage. Tous les indicateurs sont à la possession, l’avarice, l’entre soi, avec à la marge quelques rayons de soleil, le refus de la soumission, des volontés d’émancipation face aux cloisonnements, une mixité retrouvée en des niches spécifiques et balbutiantes, des confrontations courageuses et un désir féroce de rupture vis à vis du capitalisme, de cette consécration généralisée des plus pervers.

Car

#Hollande qui joue à nouveau l’émotion avec les accidents de cars, mortels, pour la sécurité routière. Mais il a donné son aval à #Macron pour libéraliser davantage le transport, avec les conséquences que l’on connait. Quand les criminels à distance font semblant de s’indigner !