Basta les élections

Le #vote c’est quoi ? Choisir entre une balle dans le pied pour les plus fragiles, avec dans le même temps la #gloire pour une #nomenklatura (une belle vie, sous le prisme de l’#effort et #mérite #exclusif), via des #pouvoirs aux #vices intermédiaires #sournois ; ou se faire assassiner au pire par un régime #facho’ ciblant toute une catégorie de personnes plus crûment encore. La #culpabilité change du tout au tout, en ne participant pas, et accusant ce #chantage. Les conséquences sont là, réelles. Je ne cautionne pas plus que quelqu’un perde la vie pour que le reste survive. C’est #malsain de proposer ce dilemme, surtout sous forme #totalitaire.Pour résumer, être #engagé est affronter cela, le dire et le dénoncer. Que l’on invente que vu les #forces et #organisations en présence, ce n’est pas #pragmatique ou pas. On a pas la même focale en ayant eu la gâchette sur la tempe à rallonge. C’est du vécu et les #bobos ferment les yeux pour se préserver derrière leur #confort et #cynisme. Y’a pas de problème grave pour eux avec la #domestication. La multiplication des services est une voie royale pour l’#establishment. Au pire, ils n’y voient qu’un moindre mal. L’#égoïsme #décomplexé sous l’#alibi du #réalisme. Le vote n’est même plus une #sélection entre la peste et le choléra. C’est le #problème en soit.

Publicités

Royaume de la hype

Hermespfw2016

Photo : Matjules au défilé Hermès #Pfw 2016 2017 Automne hiver à la Garde républicaine.

Regardez comme c’est la crise, comme il faut se sacrifier. Ce joli monde fonctionne au mérite et à l’entre soi. Les élus de la #hype. Evidemment la femme de ménage elle ne rentre pas. L’ouvrier du coin non plus. Un milieu consanguin, le fascisme social, en puissance. Comme à l’Elysée, avec de petites mains pour tout, soulever un verre, se faire plaisir, dominer, être roi. La tête de Louis XVI a été remplacée par cette nomenklatura.


Entrisme face aux lieux de ségrégation et bannissement. Le confort pour toutes et tous, contre la relégation sociale, et l’exploitation en mode Apartheid riches/pauvres via le fric.